Contribuer

De Shir.fr | Chants, louange, paroles et accords.
Aller à : Navigation, rechercher

Vous voulez préparer une feuille de chant pour nous la soumettre ? Voici comment procéder !

Sommaire

Introduction

Les feuilles de chants Shir sont de simples fichiers texte qui intègrent des balises ChordPro afin de positionner automatiquement les accords au dessus des paroles, de faire des transpositions, etc. Voici un exemple de feuille de chant, avec le texte source à gauche et le rendu à droite :

{t:Adonaï shamma}
{st:Corinne Lafitte}
{c:© 2010 Corinne Lafitte}
{c:shir.fr 25/12/15 – JEM960}
{key:F#m}
[F#m]Shalom, [C#m/E]shalom, rece[Bm/D]vez la paix qui est dans les [C#7]cieux. (× 2)

{soc}
Ado[F#m]naï shamma, tu [C#m/E]es ici, Ado[Bm/D]naï rophé, tu [C#7]me guéris.
Ado[F#m]naï tsidqénou, tu es [C#m/E]notre justice.
Notre [Bm/D]Père qui es aux cieux, que ton [C#7]nom est merveil[F#m]leux.
{eoc}
#tags: adoration, Israël, hébreu, paix
#bible: Jg 6,24; Ez 48,35; Ex 15,26; Jr 23,6; Jr 33,16; Mt 6,9
#https://www.youtube.com/watch?v=ktuC49KqAO8 video
#https://www.jem-editions.ch/euro/index.php/jem-960-adonai-shammah.html partition
#https://itunes.apple.com/fr/album/il-ne-tardera-pas/id889561224 iTunes

Adonaï shamma

Corinne Lafitte

© 2010 Corinne Lafitte
shir.fr 25/12/15 – JEM960
F#m
F#m C#m/E Bm/D C#7
Shalom, shalom, recevez la paix qui est dans les cieux. (× 2)

F#m C#m/E Bm/D C#7
Adonaï shamma, tu es ici, Adonaï rophé, tu me guéris.
F#m C#m/E
Adonaï tsidqénou, tu es notre justice.
Bm/D C#7 F#m
Notre Père qui es aux cieux, que ton nom est merveilleux.

Faisons un survol de ce fichier pour mieux comprendre le balisage ChordPro :

Pour vous familiariser avec les feuilles de chant, téléchargez-en quelques-unes sur shir.fr (au format ChordPro bien sûr) et ouvrez-les dans un éditeur de texte spécialisé ChordPro. Nous vous conseillons Songpress, qui permet de prévisualiser facilement l’affichage des accords au dessus des paroles. (Une fois que vous serez habitués au balisage ChordPro, vous pourrez utiliser un éditeur de code si vous le préférez.) Entraînez-vous à lire le texte source avec l’affichage qui en découle. Ensuite, lisez attentivement les consignes ci-après. Assurez-vous de les avoir bien comprises, et vérifiez-les en lisant à nouveau des feuilles de chants. Une fois que vous êtes suffisamment à l’aise, vous pouvez créer de nouvelles feuilles de chant et nous les soumettre par courriel à « contact (arobase) shir (point) fr ».

Voici à présent les consignes détaillées pour la préparation des feuilles de chant :

En-tête

Les premières lignes du fichier constituent un en-tête précisant le titre, l’auteur, le copyright, etc. Chaque ligne doit être entre accolades “{…}” pour bien la distinguer des paroles du chant elles-mêmes.

Titre

La première ligne indique le titre, par exemple :

{t:C’est un beau titre}

Notez que le titre est précédé de la lettre “t” immédiatement suivie de deux-points “:” puis du titre, sans aucun espace. Attention à la typographie (majuscules accentuées, apostrophes… Voir ci-dessous pour les règles typographiques).

Si le chant est connu sous un autre titre, on met celui-ci entre parenthèses, en le faisant commencer par une majuscule. Par exemple :

{t:C’est un beau titre (Titre alternatif)}

Auteur

La deuxième ligne indique l’auteur ; par exemple :

{st:Prénom Nom}

Notez que l’auteur est précédé de “st:”, sans aucun espace. Lorsqu’il y a plusieurs auteurs, on les sépare par des tirets demi-cadratins. Par exemple :

{st:David Durham – Chris Cooke – David Terry}

C’est également le cas s’ils portent le même nom (par exemple pour un couple), qu’il faut alors écrire deux fois. Par exemple :

{st:Charly Siounath – Isabelle Siounath} et NON {st:Charly et Isabelle Siounath}

Si l’auteur est inconnu, on met « Inconnu » :

{st:Inconnu}

Copyright

La troisième ligne indique le copyright, par exemple :

{c:© 2011 Ayant droit}

Cette ligne est, comme d’habitude, entre accolades, à l’intérieur desquelles on commence par le libellé “c:” (qui veut dire “commentaire”). Il est suivi sans espace du symbole “©” (qui veut dire “copyright”). Après un espace, on indique l’année (si elle est connue) puis l’ayant droit. S’il y a plusieurs ayants droit, on les sépare par des “/”. Par exemple :

{c:© 2003 Thankyou Music / Kingsway Songs}

S’il n’y a pas d’ayant droit, parce que le chant est ancien, on met “Domaine public” :

{c:© 1764 Domaine public}

S’il s’agit d’une traduction française d’un chant écrit à l’origine dans une autre langue, on insère le titre original juste après “c:”, et on le fait suivre d’un espace puis de “©” :

{c:Above All © 1999 Integrity’s Hosanna! Music. Trad. © 2003 LTC}

Shir.fr et sources

La quatrième ligne de l’en-tête mentionne la mise en ligne sur shir.fr et la ou les sources répertoriées. Par exemple :

{c:shir.fr 18/09/11 – JEM894}

Noter que cette ligne est elle aussi introduite par “c:”. Vient immédiatement la mention “shir.fr” + espace + date au format JJ/MM/AA + espace + tiret demi-cadratin + espace + source(s).

Pour la source, on utilise des abréviations à trois lettres. Ainsi, JEM = J’aime l’Éternel ; ASA = Asaph ; DNL = Dan Luiten ; etc. (Voir la liste complète.) L’abréviation est immédiatement suivie du numéro, par exemple “JEM567”, “ASA234”, etc. Pour un album, le numéro est composé des deux chiffres de l’année puis des deux chiffres de la piste ; par exemple, “DNL1202” se trouve sur l’album de Dan Luiten sorti en 2012, piste n° 2.

S’il y a plusieurs sources (par exemple si un chant est dans deux recueils), on les met à la suite, séparées d’un simple espace, par exemple : “JEM567 ASA234”.

Lorsque la feuille de chant diffère d’une source, la référence est précédée de l’un des symboles suivants :

  ≈   lorsque un ou plusieurs accords ou mots diffèrent légèrement, mais restent compatibles.
  ≠   lorsque un ou plusieurs accords ou mots diffèrent et sont incompatibles.
  !   lorsque un ou plusieurs accords ou mots de la source sont jugés erronés.

En outre, la tonalité de la source, lorsqu’elle diffère, est précisée entre parenthèses immédiatement après la référence.

Exemples :

Tonalité

La cinquième ligne de l’en-tête précise la tonalité. Par exemple :

{key:Bbm}

Noter que cette ligne est introduite par “key:” (sans aucun espace ; “key” signifie “tonalité” en anglais). Vient immédiatement (sans espace) la tonalité du chant, au format anglo-saxon (voir syntaxe ci-dessous).

Paroles

Lignes

Après l’en-tête vient le chant lui-même, sans ligne vierge entre les deux. Attention à l’orthographe et à la ponctuation : le chant doit pouvoir être lu comme un texte, sans mélodie ; il doit pouvoir être imprimé ou projeté sans les accords (et sans faute d’orthographe !). Les lignes peuvent faire une dizaine de mots, ce qui correspond à la fois à la largeur d’impression et à la largeur d’une projection sur écran. Chaque ligne doit commencer par une majuscule.

Un soin tout particulier doit être apporté, non seulement à l’orthographe, mais aussi à la typographie. Quelques consignes :

Consigne Exemple
Correct Faux
  • Utiliser des majuscules accentuées, en début de ligne et pour les noms propres.
À toi la gloire A toi la gloire
Ô Jésus, mon sauveur O Jésus, mon sauveur
Étienne Etienne
Éternel Eternel
Él-Shaddaï El-Shaddaï
  • En revanche, ne pas mettre de majuscule en dehors des débuts de ligne et des noms propres.
Jésus est roi Jésus est Roi
Tu es le lion de Juda Tu es le Lion de Juda
Je crois en lui Je crois en Lui
Mon sauveur Mon Sauveur
  • Quelques concepts peuvent éventuellement prendre une majuscule.
l’Église l’église
le Roi des rois le roi des rois
  • Utiliser des apostrophes et non des guillemets droits.
Lamour L'amour
  • Éviter les guillemets pour introduire les citations ; la plupart du temps, deux-points suivis d’une majuscule suffisent.
Nous proclamons : Tu es roi ! Nous proclamons : "Tu es roi !"
  • S’il faut malgré tout d’utiliser des guillemets, proscrire les guillemets droits et utiliser des apostrophes doubles (“…”) de préférence aux guillemets français (« … ») car ces derniers prennent plus de place.
Nous proclamons : Tu es roi ! Nous proclamons : « Tu es roi ! »
  • On ponctue le texte du chant, comme si c’était un texte normal, indépendamment des sauts de lignes. Faites le test en le lisant sans le chanter. On utilise donc des virgules, points-virgules, deux-points, points d’interrogation et d’exclamation, et bien sûr points finaux.
  • Mettre un espace insécable avant les ponctuations doubles (;:!?).
Tu es roi ! Tu es roi!
  • Utiliser un trait d’union pour les mots composés.
arc-en-ciel arc en ciel
  • Ne pas mettre de trait d’union pour les locutions.
au dessus de au-dessus de
au milieu de au-milieu de
au delà de au-delà de

Blocs

Les lignes sont regroupées en blocs qui correspondent aux couplets, refrains, ponts, etc. Les blocs sont séparés par une simple ligne vierge. Un bloc peut faire jusqu’à 6 lignes ; s’il en fait 8, il vaut mieux le scinder en deux blocs de 4 lignes.

Le refrain est précédé d’une ligne contenant uniquement la mention “{soc}” (qui signifie “start of chorus“, “début du refrain” en anglais). Il est suivi d’une ligne contenant la seule mention “{eoc}” (“end of chorus”, “fin du refrain” en anglais). Par exemple :

{soc}
Et je tombe face à terre en présence de ta gloire.
Oui, je tombe face à terre en présence de ta gloire.
{eoc}

Les blocs autres que les couplets doivent être précédés d’une ligne de commentaire, c’est-à-dire d’une ligne entre accolades avec la mention “c:” suivie sans espace du commentaire. Le commentaire précise le type de bloc, en l’occurrence “Pont”, “Instrumental”, ”Final”, ou “Modulation”. Par exemple :

{c:Pont}
Viens rayonner de ta gloire, viens rayonner de ta gloire,
Prends la place qui te revient, ô roi de gloire.

Contrairement au refrain, il n’y a pas de balise qui précise que le pont s’achève. Une ligne vierge suffit.

Répétitions

Lorsqu’un texte est répété avec les mêmes accords, on n’est pas obligé de le noter deux fois ; il suffit d’indiquer entre parenthèses le nombre de fois où il est chanté. Par exemple :

Je t’aime, Seigneur ! (× 2)

Noter que l’on emploie le signe multiplication, “×”, et non la lettre “x” ou l’astérisque “*”. Il suit immédiatement la parenthèse ouvrante (sans espace entre les deux) et est lui-même suivi d’un espace puis du chiffre indiquant le nombre de fois où la ligne est répétée. On n’emploie pas le latin “bis” ou “ter”, auxquels on préfère une indication numérique “(× 2)” ou “(× 3)”.

Où placer cette indication ? Si c’est une seule ligne qui est répétée, l’indication apparaît à la fin de la ligne, après un simple espace, comme dans l’exemple ci-dessus. Si c’est tout un bloc qui est répété, l’indication figure après le bloc, sur une nouvelle ligne, par exemple :

{soc}
Et je tombe face à terre en présence de ta gloire.
Oui, je tombe face à terre en présence de ta gloire.
(× 2)
{eoc}

Réponses

Les parenthèses sont également employées pour noter les réponses de chants antiphonés (par exemple les hommes chantent, puis les femmes répondent). Ainsi :

Je t’aime, Seigneur (Oui, je t’aime),
Tu es mon sauveur (Mon sauveur).

Noter que la réponse est indiquée entre parenthèses, commence par une majuscule, et ne se termine pas par une ponctuation (laquelle est indiquée en toute fin de ligne).

Accords

Syntaxe

Note de base

La note de base de l’accord doit être indiquée selon la syntaxe anglo-saxonne : au lieu d’utiliser “Do”, “Ré”, “Mi”…, on utilise “A”, “B”, “C”…, avec la correspondance suivante :

Note Lettre
Do C
D
Mi E
Fa F
Sol G
La A
Si B

Dièse et bémol

Le dièse est indiqué à l’aide d’un symbole “#”, et le bémol à l’aide de la lettre “b” minuscule (et non du symbole “♭”). Il n’y pas d’espace entre la note et l’altération. Par exemple : “Bb” = “Si bémol” ; “C#” = ”Do dièse”.

Majeur et mineur

Un accord mineur est indiqué à l’aide d’un “m” minuscule, par exemple “Bbm” = “Si bémol mineur”. Un accord majeur n’est en général pas précisé, mais si on attendrait un accord mineur et que l’on trouve plutôt un accord majeur, on le précise à l’aide d’un “M” majuscule, par exemple “BbM” = “Si bémol majeur”.

Altérations fines

Les altérations fines sont indiquées à la suite, sans espace. On utilise là encore la syntaxe anglo-saxonne. Quelques exemples :

Altération Notation Remarques
4e suspendue sus4 pour “suspended 4th”
7e majeure M7 pour “Major 7th”
7e diminuée dim7
9e 9 par exemple “E9” pour Mi majeur avec 9e
13e diminuée dim13
7e avec 5e augmentée 7#5 et non “7/5” ou “7,5” ou “7+5” ; on n’utilise pas de parenthèses, virgules, “+” ou barres obliques
6e avec 4e suspendue 6sus4 et non “6/4” ou “4/6” ou “6(4)”

Il est parfois compliqué de déterminer la bonne syntaxe. En cas de doute, ne prenez pas de décision hasardeuse, car il est impératif que les accords soient sans faute ! Signalez-le nous et nous aviserons.

Basse

Après l’accord principal, on peut ajouter une basse en la faisant précéder d’une barre oblique. Par exemple, “E/B” est un Mi sur une basse de Si. Notez que la basse n’indique que la note (A, Bb, B, C, Db, D…) et non un accord (donc pas de mineur/majeur, etc).

Crochets

Une fois l’accord composé, il est inséré entre crochets, par exemple : “[A]” pour un La, “[E/B]” pour un Mi basse de Si, “[FMb13/C]” pour un Fa majeur avec 13e diminuée sur basse de Do, etc. Il reste à présent à positionner les accords par rapport aux paroles :

Positionnement

Les accords sont insérés dans le texte même, entre crochets, au moment où ils doivent être joués. Il ne faut pas ajouter d’espaces, sans quoi le texte sans accords se retrouverait avec des espaces indésirables.

Accord unique

Le plus souvent, les accords sont sur des syllabes, si bien que leur positionnement ne pose aucun problème :

[A]Dieu [B]est [C]puis[D]sant.

Dans cet exemple, le [A] est joué sur “Dieu”, le [B] sur “est”, le [C] sur “puis-”, et le [D] sur “-sant”. Facile !

Mais si un accord est joué alors qu’il n’y a pas de parole qui l’accompagne, il ne doit pas surmonter une lettre ; il doit surmonter un espace ou une fin de ligne, par exemple :

[A]Dieu[B] est [C]puissant[D].

Dans cet exemple, le [B] est joué après que l’on a chanté “Dieu”, mais avant que l’on ne chante “est”. De même, le [D] est joué après avoir chanté “puissant”. Notez que je n’ai ajouté aucun espace, j’ai simplement positionné différemment les accords.

Parfois, un accord est joué en cours de syllabe : on commence à chanter la syllabe avant de jouer l’accord, mais celui-ci est joué juste après, avant que l’on n’ait fini de chanter la syllabe. Dans ce cas, on place l’accord après la première lettre de la syllabe (voire la deuxième) :

[A]Dieu [B]est p[C]uiss[D]ant.

Dans cet exemple, le [C] est joué après que l’on a commencé à chanter la syllabe “puis-”, mais avant que l’on n’ait fini de la chanter. De même pour la syllabe suivante : [D] est joué alors que l’on a commencé à chanter “-sant”.

Parfois, un accord est joué avant la première syllabe du premier mot. Il faut donc que l’accord soit suivi d’un espace, et non d’une lettre. C’est le seul cas où l’on est autorisé à insérer un espace ! Par exemple :

[A] Dieu est [B]puissant.

Ici, le [A] est joué avant que l’on ne chante “Dieu”. L’espace est donc nécessaire. Mais alors, lorsque l’on enlèvera les accords pour afficher les paroles seules, cet espace en trop décalera le texte de cette ligne. Il faut donc ajouter un espace avant chaque ligne du bloc :

[A] Dieu est [B]puissant,
[C] Dieu est [D]vivant,
 [E]Il est [F]présent.

Dans cet exemple, le [C] au début de la 2e ligne est lui aussi joué avant “Dieu”, d’où l’espace ajouté entre les deux. Mais à la 3e ligne, le [E] est joué sur le “Il”, pas avant, si bien qu’il précède immédiatement le “I”, sans espace intermédiaire. En revanche, on met quand même un espace en début de ligne, avant le [E], pour que le texte soit aligné une fois les accords enlevés. Cela ne concerne que le bloc en cours, pas besoin de mettre des espaces à tous les blocs du chant !

Succession d’accords

En fin de mot ou ligne

Si plusieurs accords se succèdent, on les note à la suite, chacun entre crochets, sans insérer d’espace entre eux :

[A]Dieu est si puis[B]sant.[C][D][E]

Ici, les deux premiers accords sont joués sur les paroles, tandis que les trois suivants constituent une phrase musicale après les paroles.

Si la phrase musicale est jouée après la répétition d’une phrase, elle est indiquée après les parenthèses :

[A]Dieu est si puis[B]sant. (× 4)[C][D][E]

Ici, la phrase “Dieu est puissant” est chantée quatre fois, puis viennent les trois accords de transition musicale.

Si la phrase musicale est répétée en même temps que la phrase, elle est indiquée avant les parenthèses :

[A]Dieu est si puis[B]sant.[C][D][E] (× 4)

Ici, la phrase “Dieu est puissant” est suivie des trois accords, et l’ensemble est répété quatre fois.

Sur une même syllabe

Si les accords s’enchaînent sur une même syllabe, le premier est inséré au niveau de la première lettre, et les suivants au milieu de la syllabe, sans ajouter d’espace :

[A]Dieu est si puis[B]sa[C][D][E]nt.

Ici, le [B] est joué au niveau du “-sant”, et les autres sont joués pendant que l’on continue de chanter “-sant”, un peu comme si on chantait “Dieu est puis-san-an-ant” ; le logiciel s’occupera d’espacer le texte.

Si la syllabe ne fait qu’une seule voyelle, le premier accord est sur la première lettre, et les autres juste après :

[B]A[C][D][E]men !

Ici, la première syllabe de “amen” est un simple “a”, que l’on chante longtemps (“a-a-a-men”). Le premier accord est au niveau du “a”, et les autres juste après.

En début ou fin de bloc

Si la phrase musicale est trop longue pour être notée en fin de ligne, ou si elle constitue une introduction au chant ou à un bloc, elle peut être placée sur une ligne à part entière :

[A]Dieu est si puis[B]sant, (× 4)
[C]Dieu est puis[D]sant !
[C][D][E][F][G]

En ce cas, les accords sont écrits sans espace et sans autre caractère sur la ligne. Si cette succession d’accords est répétée, la répétition doit elle aussi être indiquée entre crochets :

Répétition d’accords

Si une succession d’accords doit être répétée, on garde le même principe que pour la répétition de texte, mais au lieu d’employer des parenthèses, on emploie des crochets, placés immédiatement après les accords à répéter, sans ajouter d’espace :

[C]Dieu est puis[D]sant !
[C][D][E][F][G][× 2]

Métadonnées

À la fin du chant, il est possible d’ajouter des métadonnées qui ne s’afficheront pas à l’écran ou à l’impression mais qui permettent d’associer au chant des thèmes, des textes bibliques, ou des liens. Chaque métadonnée est notée sur une ligne introduite par le symbole “#” :

Thèmes

Les thèmes abordés par le chant sont notés sur une ligne comme celle-ci :

#tags: appel, évangélisation, Saint-Esprit, unité, victoire

Noter que la ligne est introduite par “#” + “tags” + “:” + espace. Vient ensuite la liste des thèmes, séparés par “,”.

Bible

Les passages de la Bible qui ont inspiré le chant sont ensuite notés sur une ligne comme celle-ci :

#bible: Jn 3,16-17; Rm 10,17

Noter que la ligne est introduite par “#” + “bible” + “:” + espace. Vient ensuite la liste des passages, séparés par “;”. Chaque passage est indiqué par l’abréviation du livre + espace + chapitre + virgule + verset. Voici les abréviations à utiliser pour les livres de la Bible :

Livre Abréviation
Genèse Gn
Exode Ex
Lévitique Lv
Nombres Nb
Deutéronome Dt
Josué Js
Juges Jg
Ruth Rt
1–2 Samuel 1S ; 2S
1–2 Rois 1R ; 2R
1–2 Chroniques 1Ch ; 2Ch
Esdras Esd
Néhémie Ne
Esther Est
Job Jb
Psaumes Ps
Proverbes Pr
Ecclésiaste (Qohélet) Qo
Cantique des cantiques Ct
Ésaïe Es
Jérémie Jr
Lamentations Lm
Ézéchiel Ez
Daniel Dn
Osée Os
Joël Jl
Amos Am
Abdias Ab
Jonas Jon
Michée Mi
Nahoum Na
Habacuc Ha
Sophonie So
Aggée Ag
Zacharie Za
Malachie Ml
Judith Jdt
Tobit Tb
1–4 Maccabées 1M ; 2M ; 3M ; 4M
3–4 Esdras 3Esd ; 4Esd
Sagesse Sg
Siracide Si
Baruch Ba
Matthieu Mt
Marc Mc
Luc Lc
Jean Jn
Actes des Apôtres Ac
Romains Rm
1–2 Corinthiens 1Co ; 2Co
Galates Ga
Éphésiens Ep
Philippiens Ph
Colossiens Col
1–2 Thessaloniciens 1Th ; 2Th
1–2 Timothée 1Tm ; 2Tm
Tite Tt
Philémon Phm
Hébreux He
Jacques Jc
1–2 Pierre 1P ; 2P
1–3 Jean 1Jn ; 2Jn ; 3Jn
Jude Jude
Apocalypse Ap

Liens

Les liens vers des sites légaux d’écoute, de vidéos, d’achat, etc., sont indiqués chacun sur une ligne introduite par le symbole “#”. Par exemple :

#http://www.monsiteinternet.com artiste
#http://open.spotify.com/track/2zQId4TfEMss5FUnlM6EUL audio
#http://www.youtube.com/watch?v=nRUfFaTeWWJ7 vidéo
#http://www.youtube.com/watch?v=q807ZhXxBtw tutoriel

Noter que le lien suit immédiatement le symbole “#”, sans espace. La catégorie de lien (artiste, audio, vidéo, tutoriel, etc.) peut être précisée à la suite du lien, séparée par un simple espace.

Conclusion

Notre but est de fournir des feuilles de chants parfaites, tant au niveau du texte que des accords. Nous ne voulons ni faute typographique, ni faute d’accord. Si vous avez le moindre doute, merci d’insérer une petite note dans le fichier lui-même, pour nous signaler qu’il y a une difficulté à vérifier.

Il n’est pas rare de trouver des fautes typographiques ou des fautes d’accords dans les recueils eux-mêmes. Là encore, n’hésitez pas à nous les signaler pour que nous les vérifiions et les corrigions le cas échéant.

Enfin, avant de nous soumettre le fichier, merci de le relire deux fois : une première fois après avoir fait le chant, et une seconde fois à tête reposée. De notre côté, nous relirons aussi le fichier attentivement. C’est long et fastidieux, mais il en va de la fiabilité de notre répertoire ! Nous voulons mettre à disposition de l’Église un outil qui respire l’excellence et glorifie le Roi des rois.

Merci ! 🙂

Récupérée de « http://shir.fr/wiki/Contribuer »
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Réseaux sociaux